ETUDE | Référentiel de la maturité digitale en France 2017

Réalisée par EBG | IBM | BCG , cette étude présente les retours de 1214 représentants des Directions d’ETI et Grands Groupes Français.  Elle met en évidence comment se structure actuellement la démarche vers l’entreprise apprenante autour des 3 thèmes suivants :  Customer Centricity,  Data Driven Company ,  Open Innovation & Agilité

DE LA FORMULATION D’UNE VISION AU PASSAGE À L’ÉCHELLE : L’APPROCHE BCG

L’année 2017 confirme que le digital est à présent inscrit dans l’ADN des entreprises.

Toutes les stratégies de moyen terme intègrent aujourd’hui une dimension digitale autour de trois axes :

  • La digitalisation des processus cœur pour optimiser la profitabilité
  • Le soutien de la croissance via des offres et des business models digitaux et innovants.
  • L’expansion de l’organisation vers de nouveaux leviers fortement créateurs de valeur tels que le développement de l’agilité, l’exploitation des données, une architecture IT flexible, l’animation d’un écosystème de partenaires

La disruption ne se fait plus seulement par le bas au travers des Start up mais aussi par le haut via des opérations de prédation de très grande envergure la les géants du Digital.

L’exploitation des données est également une priorité partagée : 91_% des entreprises interrogées ont défini une stratégie de valorisation de leurs données. Mais la capacité à concentrer efficacement les efforts reste à développer.

La gouvernance du digital est également entrée dans les moeurs : 75_% des entreprises interrogées sont dotées d’un Chief Digital Officer, dont la vocation première reste d’orchestrer le virage digital de leur groupe, sans inscrire la fonction dans la durée.

La bonne exécution d’une stratégie digitale reste un impératif majeur autour de deux axes principaux :

  • Intégrer rapidement les technologies pour rester compétitif
  • Préparer l’organisation aux futures innovations

Le BCG a développé une approche en 4 Phases :

  • Éducation : Établir un diagnostic de maturité et se forger des convictions
  • Cristallisation Clarifier les sujets sur lesquels investir en priorité
  • Accélération : cette phase consiste à lancer une première vague de projets sur des délais courts (3 à 6 mois), pour des « Quick Win » et ainsi créer une dynamique et de premiers ROI
  • Passage à l’échelle

Nous avions abordé l’an passé les 4 piliers de transformation digitale identifiés par IBM pour accompagner ses clients et répondre aux enjeux de la transformation digitale:  Le design thinking, la Plateforme, l’Academy et la Factory. Ils constituent une approche de bout-en-bout pour expérimenter, innover, et mettre en œuvre l’industrialisation requise de la transformation digitale. Ces piliers sont complémentaires et en forte interaction, et se sont enrichis depuis d’un pilier dédié à la gouvernance.

 

Design Thinking : Il s’agit de développer une capacité permanente de co-création, en interne, avec des clients et les partenaires

Plateforme : Ce pilier a pour objet de faire collaborer les applications industrielles traditionnelles (le Legacy) avec les systèmes du digital (system of engagement : canaux/ interactions clients, connaissance client… ; system of insight : data, analytics/intelligence artificielle, etc.) et les systèmes émergents que sont l’Internet des Objets, la Blockchain.

Academy & Startup : Ce pilier traite des impacts sur les ressources humaineset de la conduite du changement à mener pour l’industrialisationà trois niveaux :

  • La culture d’entreprise pour insuffler à tous l’état d’esprit lié au paradigme du digital
  • Le management en requérant de nouvelles pratiques managériales collaboratives et de délégation de responsabilités,
  • L’évolution et l’adaptation des compétences des collaborateurs et des managers aux méthodes clés support du digital (design thinking, agile, DevOps)
  • Attractivité ou la rétention des compétences clés.

Le change management doit être hybride :-

  • Collaborer avec les startup les plus innovantes
  • Pouvoir s’inspirer des pure players
  • Intégrer les équipes les plus spécialisées et toutes les générations

Factory : Ce pilier traite de l’organisation industrielle des développements, de leur test et de leur intégration, au moyen de Factory, véritables «usines agiles», qui permettront ainsi des mises sur le marché plus rapide et une réplicabilité accrue

Gouvernance [NOUVEAU par rapport à 2016] : La transformation digitale a vu l’émergence d’une nouvelle responsabilité, le Chief Digital Officer, dont la position dans l’entreprise s’est tout d’abord développée, de façon générale, en marge de l’organisation de l’entreprise.

On assiste aujourd’hui à la réintégration dans le système d’information d’ensemble de l’entreprise, et au travers d’une hybridation du modèle opérationnel de l’IT avec une complémentarité des responsabilités entre le CIO et le CDO, plutôt qu’une juxtaposition.

Vers l’entreprise apprenante …

CUSTOMER CENTRICITY : LA VOIX DU CLIENT STRUCTURE LA CHAÎNE DE VALEUR

Les entretiens menés pour la réalisation de ce Référentiel l’ont prouvé : la méthode, les process et les outils existent pour y parvenir. De nombreuses initiatives sont présentées à ce chapitre, le plus souvent heureuses et avec des résultats parfois spectaculaires. Mais l’essentiel est peut-être ailleurs.

Ce qui frappe dans les organisations customer centric c’est d’abord un état d’esprit. Une ambition partagée par l’ensemble des équipes, elles-mêmes tournées vers le client et l’utilisateur final, et qui découvrent pour certaines les vertus du “travailler ensemble”. Il en découle une certitude : le chantier des entreprises souhaitant s’ancrer dans la révolution digitale est avant tout d’ordre culturel.

  • La première est l’habitude prise d’intégrer le client et l’utilisateur dès les phases de conception du produit ou du service
  • La deuxième tient à la culture – et à la méthode – poussée de l’écoute et du feedback
  • Des relations simplifiées et personnalisées
  • Les opérations et les fonctions supports structurées par la demande
  • Les process réorientés à partir de l’expérience client

“Quels sont les défis retardant la mise en place d’une organisation customer centric ?”

Pour 47_% des répondants La culture de l’entreprise n’est pas alignée autour des besoins du client

« La simplicité est une complexité résolue. » de Constantin Brancusi

La simplicité est érigée en mot d’ordre, et s’applique avant tout à eux-mêmes pour en libérer le client qui a trop longtemps dû se plier aux “process”.

 

Les autres sujets abordés dans cette étude …

  • DATA-DRIVEN COMPANY : LES ENTREPRISES EN MARCHE VERS LE PILOTAGE PAR LA DONNÉE ?
  • OPEN INNOVATION & AGILITÉ : LA CULTURE DE L’INNOVATION EST UN VRAI MOTEUR DE TRANSFORMATION

L’étude complète est à télécharger ici 2017_BCG-IBM Référentiel de la Maturité Digitale